Promotion actuelle

AccueilPromotion actuelle › Promotion 2019-2020

Promotion Aurélien Bouzid

C’est à l’âge de 11 ans, rentrant en classe de 6ème, choisissant de s’inscrire à ce qui était, à l’époque, le « cursus aéronautique » du collège du Soler, qu’Aurélien va faire une première expérience du monde de l’aérien. Pendant 4 ans, il participera à ce projet où il apprendra à intégrer les objectifs d’un professeur exigeant, peu enclin aux concessions mais convaincu de l’apport fondamental, à la « construction de l’individu » que peut être la découverte du monde de l’aérien. Alors que nous vivons dans un monde où le virtuel prend de plus en plus le pas sur l’humain, où le bouton « reset » de nos ordinateurs permet d’annuler en quelques millisecondes toutes nos erreurs passées, quelle richesse pédagogique que la découverte de l’aéronautique, véritable confrontation à  «l’école de la vérité »…
Aurélien, pendant 4 ans tu auras, donc, fait de multiples découvertes, de nombreuses rencontres. La « théorie » de la « mécanique du vol » n’aura probablement pas été ta matière préférée, mais tu as su la digérer pour mieux te consacrer à la « connaissance de l’avion » mais aussi à la vie et à l’animation du groupe. Cette ouverture aux autres, ta professeur d’Education Physique et Sportive de l’époque, avait su la détecter. Ta politesse, ton respect de la règle, probablement fruits d’une éducation familiale, auront marqué cette enseignante…
Ainsi, au contact d’une équipe, déjà construite, autour de l’épanouissement et de la réussite de l’élève, tu auras fait quelques vols mémorables. A l’époque, nous partions à « l’aventure » entre Perpignan, Lézignan et Pamiers avec le fidèle Roméo Golf méticuleusement entretenu par Paul Michel puis Bernard Baixas afin d’intégrer, concrètement, les complexes notions de « Sécurité Réglementation ».
Tu auras ensuite enchainé le stage de découverte au sein d’EAS, devenu aujourd’hui Sabena Technics, tout cela grâce à l’écoute bienveillante du Directeur des Ressources Humaines, Robert Guiraud.
Mais cette première approche d’une future orientation professionnelle ne se serait probablement pas concrétisée sans la rencontre de Bernard Matzner. Bernard, le psychologue de métier, mais surtout le mécanicien aux doigts d’or, qui veille sur nos motoplaneurs depuis presque un demi-siècle, Bernard, le pédagogue aussi doux que passionnant. Cette année-là, autour de sa belle personne, de son savoir immense, de sa patience d’ange, s’était soudé un groupe de 3 élèves qui, réussites au concours du lycée Airbus ou Bac pro aéronautique en poche, se trouvent, après des parcours différents, être, aujourd’hui, des professionnels de la construction aéronautique ou de la mise en œuvre des aéronefs.
Ainsi, Brevet d’Initiation Aéronautique en poche, Aurélien aura quitté le Collège du Soler pour rentrer en formation au baccalauréat professionnel, option avionique, au Lycée Saint Exupéry de Toulouse. A l’époque, ce Baccalauréat Professionnel n’existait pas au Lycée Frédéric Mistral de Nîmes.
Début juillet 2013, le téléphone sonne, Aurélien enthousiaste, c’est une de ses qualités, vient annoncer son succès au baccalauréat mais douche immédiatement la joie de son professeur en disant « j’arrête mes études » ! S’en suit une discussion de sourds… Son ancien professeur lui conseille de poursuivre vers un BTS mais Aurélien campe sur ses positions et conclut l’échange par une affirmation sans appel : « de toute façon, je vais trouver du travail » !
15 jours plus tard, nouvel appel : « j’ai trouvé du travail, je prends mes deux mois de vacances (on ne peut pas abandonner si facilement les avantages de la vie de lycéen ou d’étudiant) et je rentre à Figeac Aéro, début septembre » ! En découlera l’apprentissage du montage des planchers des Airbus A 320 et A 380 et un début de vie professionnelle bien soutenue, à toucher enfin du doigt, l’intérêt de tous ces savoirs faire à acquérir.
Aurélien, au bout de quelques mois, au sein de l’entreprise, c’est une nouvelle rencontre avec un jeune stagiaire de 10 ans ton aîné… qui fera « basculer ta vie » De vos discussions, naît l’appel du grand large » et la découverte de l’Ecole de Maistrance. Juin 2014, à Bordeaux, tu passes avec succès les tests de mathématiques, français, psychotechniques, psychologiques, sportifs. Tu valides ainsi, à la première tentative, ton entrée dans l’aéronavale!
Le 10 octobre 2014 à, tout juste 19 ans et demi, après une première expérience professionnelle tu signes ton contrat avec la Marine Nationale. Un joli cadeau fait à ta maman, le jour même de son anniversaire.  S’en suit l’Ecole de Maistrance où tu reçois, en 17 semaines, un enseignement commun à toutes les spécialités, dans les domaines de la formation militaire, maritime et sportive.
Tu enchaines pendant 14 mois, à Rochefort, une formation de technicien avionique et une « formation Boum », c’est-à-dire la formation à l’armement.
En sortie d’école, tu es affecté, en mars 2016, sur le porte-avions Charles de Gaulle à l’atelier canon Rafales. Tu passes un mois à quai avant de revenir trois mois supplémentaires, à Rochefort, pour le stage « spécialité armement ».
Juillet 2016, première expérience en mer et non des moindres, puisque tu participes à la « qualification des pilotes de Rafales » puis retour à quai jusqu’à la mi-septembre.
Le 17 septembre 2016, tu as tout juste 21 ans et tu débutes ta première campagne opérationnelle  « Aromanche 3 ». Trois mois et demi, de mer, d’une mission dont l’objectif est le combat contre Daesch et la libération de Mossoul. Retour, pour le porte-avions et la totalité de l’équipage, le 20 décembre 2016, juste à temps pour passer un Noël en famille.
Le Charles De Gaulle subit alors une révision majeure de 18 mois. 4 millions d’heures de travail sont consacrées à la modernisation des systèmes de combat, des radars, de l’appontage et au changement du combustible nucléaire. Pendant cette période, tu assures une mission d’accueil des entreprises extérieures venant travailler sur le bateau, mais aussi tu veilles au maintien de tes compétences opérationnelles.
A l’été 2018, le bateau repart au large. 80 jours en mer qui permettent, à chacun, de retrouver sa place dans cette immense ville flottante. Exercices de sécurité, requalifications des pilotes et des armements rythment les jours et les nuits du bâtiment. Tu y retrouves tes marques et tu t’entraines avec rigueur aux tâches opérationnelles. Janvier 2019, retour à la mer pour une mission de trois semaines afin que l’ensemble des pilotes des flottilles embarquées retrouvent toutes leurs compétences.
Le 5 mars 2019, tu repars  pour ta deuxième mission opérationnelle qui te conduira en Méditerranée mais également jusqu’à Singapour en traversant le mythique canal de Suez. Retour à Toulon, après 4 mois de mer, le 7 juillet. Pendant ces longs mois loin de ta famille, tu auras vécu le rythme intense d’une vie en équipe où chacun est orienté vers la mission à accomplir.
Seuls moments de répit, ces quelques « No flight days » où le pont du porte-avions devient un immense terrain de sport, ces nuits remarquablement étoilées que seule la haute mer permet d’admirer, lorsque l’agitation du pont s’estompe, après le fourmillement d’une fin de mission.
Aujourd’hui c’est sur la base aéronavale de Hyères les Palmiers, à l’atelier APES que tu assures ta mission, celle de veiller, chaque jour, sur les matériels de sécurité et de sauvetage des équipages des aéronefs embarqués. De lourdes responsabilités te sont confiées, qui montrent le chemin parcouru par le jeune élève de 6ème que nous avons connu.
Lorsque l’on t’interroge sur tes missions, le mot qui te vient immédiatement à la bouche est le mot famille, deuxième famille. Face à la dureté des missions opérationnelles dont nous constatons, une nouvelle fois, ces jours- ci, les difficultés et les sacrifices humains, tu auras beaucoup grandi. Loin des  avions en papier de ta jeunesse, c’est sur les Rafales de la Marine Nationale que tu opères. Alors que tu étais jeune élève du BIA, de nombreuses personnes t’ont tendu la main, chaque fois tu as su la saisir.
Aujourd’hui devant tous ces jeunes préparant le Brevet d’Initiation Aéronautique, nous savons que, c’est avec beaucoup de cœur, qu’à ton tour tu viens leur tendre la main. Merci et bravo Aurélien.
 

Présentation du CDIA 66
Inauguration : discours du Président
Orienter vers l'aérien
Publics concernés, parcours proposés
BIA, stages et intégration professionnelle
Les résultats de formateurs "militants" !...
Les formateurs
Partenariat avec la Cellule Académique des Sciences et Technologie
Partenariats entreprises
Promotion 2019-2020
Promotion 2018-2019
promotion 2017-2018
Promotion 2016-2017
Promotion 2015-2016
Promotion 2014-2015
Rémi, futur "mécano nav" !...
Nous contacter...