Actualités

Accueil › Actualités

Parcours initiatique d’un jeune catalan…

Madame la Présidente,
Cher Robert, chers partenaires, chers élèves, chers parents, chers amis,
C’est par l’inscription sur le site du Centre Départemental d’Initiation Aéronautique, structure quelque peu atypique, que commence l’aventure, entre le mois de mars et fin août. Ainsi, tout jeune intéressé par l’aéronautique, qu’il soit de la vallée de la Têt, du Tech ou de l’Agly peut venir découvrir l’aviation sur l’aéroport de Perpignan. Pour les hauts plateaux de Cerdagne et Capcir, c’est à l’initiative du club de La Llagonne, présidé par Michel Salvetat, de sa trésorière Céline Rémusat et de l’un de ses membres, ingénieur au four solaire d’Odeillo, Nicolas Boulet, que la section aura été mise en place. Dans le cadre d’une collaboration très efficace avec le lycée de Font Romeu et son Proviseur, Patrick Noël, nous aurons ainsi maillé tout le territoire départemental.
Tout jeune du 66 pourra se voir offrir une formation bénévole, de proximité, pour un coût annuel de 15 € comprenant : la formation au Brevet d’Initiation Aéronautique, 3 vols en planeur ou motoplaneur, 1 vol en avion, une visite sur une base aérienne et surtout, point fort de cette formation, une forte sensibilisation à l’orientation vers le monde professionnel de l’aérien, du bac pro au bac +6…
Seule contrepartie, l’engagement ! En effet,  dans la semaine suivant la rentrée scolaire s’opère une deuxième rentrée particulièrement studieuse où jeunes catalans, et parents sont briefés sur le contenu intense et exigeant d’une année très active. Le mercredi ou le samedi suivant, selon les groupes, débuteront les cours. Pour le mercredi, c’est Philippe Carette, Henri Madrenas, Stephan Creisssel qui officient de longue date. Valentin Gayet, ancien élève du CDIA, titulaire de la licence théorique de Pilote de ligne, en formation pratique chez Aéropyrénées,  les rejoint cette année. Le samedi, Joël Billes, Cédric Battlle, également formateur au collège Jean Macé, moi-même recevons le renfort d’Antoine Masson, pur produit du CDIA 66, qui en deux ans sera passé des bancs de l’école du CDIA 66 à Pilote Breveté de planeur, participant à ses premières compétitions et réalisant, déjà, des circuits de plus de 200 kms sur les Pyrénées. Il faut dire qu’il est à bonne école puisque son père, Denis, Pilote de Boeing 777, à Air France, est un pur produit de ce qu’était déjà l’aéronautique départementale, au service de la jeunesse, il y a une quarantaine années.  Vient s’ajouter au groupe Corentin Ghesten, Cadet Air France, absent aujourd’hui puisqu’il entame, en Lituanie, sa formation de « travail en équipage » sur simulateur de Boeing 737.

Lien de ces deux groupes, Jacques Poignonnec, notre pilote professionnel aux licences américaines d’instructeurs qui, mercredi et samedi, inlassablement, vient apporter un petit « accent Yankee » à notre formation et, surtout, donner, à nos jeunes élèves, les bases du langage anglais qui vient souvent « faire la différence » lors des très sélectifs concours d’entrée dans le monde de l’aérien.
Au cours de l’année, à la théorie s’ajoutera la pratique. Ainsi, pour les vols en planeur, dès ce jeudi, la promotion 2020- 2021 commencera la série de 3 vols en planeur, l’ancienne promotion, ici présente, devant clôturer sa formation initiale par un vol en avion offert par l’Armée de l’Air, fruit d’une collaboration étroite entre, Laurent Garcia, commandant du CIRFA Air de Perpignan et Philippe Delabarre, Président du Comité Départemental Aéronautique (l’avion). Tout cela s’effectuera sous le contrôle bienveillant mais rigoureux de Patrice Tanic, commandant la BGTA de Perpignan.
Pour notre Comité Départemental de Vol à Voile, le planeur, c’est sur ces belles machines, devant vous, que vont, à l’avenir, s’effectuer une partie de ces vols. Outre les pilotes formateurs déjà cités, j’ajouterai, Francis Cazalet, Président de l’Association Vélivole Perpignan Roussillon, mais aussi pilote instructeur et mécanicien omniprésent, Julien Haeffele, également contrôleur aérien, Régis Dumas, ancien pilote Air France, Jacques Rondony aux qualifications allant de l’ULM, au planeur, à l’avion et même à l’hélicoptère. Je n'oublierai pas les gens de « l’ombre », non encore qualifiés pour amener vos enfants, mais présents pour assurer la sécurité de l’activité, Claude Casanovas, Michaël Moneray.
Pendant cette année de formation une importante sensibilisation aux métiers et à l’orientation sera faite. En quasi trente années d’engagement professionnel, prolongée par une riche vie associative, j’aurai eu la chance, aux travers des envies et motivations de certains élèves, de pouvoir explorer, avec eux, toutes ces filières si différentes mais aussi si valorisantes. Du Bac pro au Bac plus huit, de l’Ecole de l’Enseignement technique de l’Armée de l’Air de Saintes, de l’école des Sous-officiers de Rochefort, du lycée Airbus, aux écoles d’Ingénieurs que sont L’ENAC, Sup Aéro, ou l’Ecole de l’Air, nous avons exploré toutes les pistes, nous avons participé à la réussite de plus d’une centaine de jeunes.
Cela n’aurait pu se faire sans le soutien actif de partenaires professionnels qui offrent, à nos élèves, des stages de découverte faits pour confirmer des vocations ou des stages qualifiants dans le cadre d’un cursus scolaire ou universitaire. Je citerai Denis Leluc, Directeur Général des aéroports de Perpignan, Carcassonne et Tarbes, Amaury Landemaine, Directeur Général de Sabena Technics, Bernard Baixas, Directeur Général d’Aéroservices Roussillon, où la toujours disponible Ghislaine Barrére, Dirigeante d’Aéropyrénées.Egalement, nos partenariats avec l’Armée de l’Air, la Marine Nationale, David Bourjaillat, coordonnateur du Bac Pro et du BTS Aéronautique à Nîmes sont déterminants.
De ces implications naissent de magnifiques réussites. Sont présents aujourd’hui : Axel Kunech, en terminale Bac Pro à Nîmes qui prépare déjà les sélections du concours de l’Ecole de Maistrance, Gréogry Modeste qui injustement éliminé pour raison médicale de l’Ecole de l’Enseignement Technique de l’Armée de l’Air de Saintes, dont il avait réussi le concours d’entrée, se réalise dans sa formation à Nîmes et compte revenir vers l’Armée de l’Air. Maxime Lerendu vient de vivre une année intense en passant du statut d’élève du CDIA où il aura réussi son BIA avec mention Très Bien à la position de Major de promotion, de l’Ecole de l’Enseignement Technique de l’Armée de l’Air de Saintes. Il est probablement sur les traces de son cousin, Rémy Mayens, aujourd’hui absent (il est en opérations extérieures) qui, à tout juste 23 ans, après un cursus Saintes, Rochefort aura réussi le sélectif concours de Mécanicien Navigant et parcourt la planète à bord du tout nouvel Airbus A330 Multi Rôles Tanker Transport.

Enfin, Marie Bedel, élève de la première promotion de l’antenne de Cerdagne Capcir sera, en moins de trois ans, passée du statut d’élève du CDIA à pilote de planeur Brevetée et enfin, élève Pilote de Ligne au sein de l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile. Elle vient en effet de réussir, en juin, l’ultra sélectif concours « prépa ATPL » (5 places pour 400 candidats) réservé aux élèves boursiers, dans le cadre de la politique nationale « d’égalité des chances »…
Revenons à la promotion 2019 – 2020.  Cette année de formation aura débouché, comme toujours, sur l’examen du Brevet d’Initiation Aéronautique. Passé le 30 septembre, pour causes de circonstances sanitaires exceptionnelles, il aura vu, pour la première fois, notre structure en échec relatif… La Covid 19 aura fait des « victimes supplémentaires » puisque, pour la section de Perpignan, 3 de nos élèves sont collés… Les circonstances particulières du déroulement de l’année sont probablement la cause de ces « décrochages ». Soyez rassurés, à côté de cela, les résultats sont à l’image de l’excellence du projet puisque nos 23 reçus ont tous eu une mention et quelle mention pour la plus part : 15 mentions Très-Bien, 7 mentions Bien et une mention Assez-Bien, bravo chers élèves.
Après le BIA le projet peut se poursuivre pour les jeunes qui le souhaitent, sur La Llagonne et à l’AVPR pour le planeur, en principe, à la base Latécoère Catalane pour l’avion. C’est ce qu’aura fait, il y a quelques années Valentin, c’est ce que vient de conclure Florian Vasquez en cumulant BIA et Brevet de Pilote Avion (PPL).
Mais puisque aujourd’hui nous sommes là pour « la fête du planeur », je m’étendrai sur le projet départemental du Vol à Voile. Vous avez bien compris qu’il était impliqué dans la formation initiale de nos jeunes du CDIA 66 en les faisant voler gratuitement.

Les plus motivés, peuvent, s’ils le souhaitent poursuivre vers une formation au Brevet de Pilote de planeur devenue, depuis le 8 avril 2020, un diplôme européen, la Sail Plane Licence… Je vous dirai seulement quelques mots sur les stratégies développées par notre Comité Départemental pour réduire les coûts pour nos jeunes publics, stratégies liées à un système de bourses sur objectifs. Vous atteignez un niveau de formation, vous obtenez une bourse, vous venez en « dilettante » nous ne vous aidons pas ! Ainsi l’argent public que perçoit notre Comité du Conseil Départemental de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale (FDVA) ou de l’Etat (ANS) est dépensé avec beaucoup de discernement. Un jeune pilote arrivant au Brevet de Pilote de Planeur (SPL), au coût estimé d’environ 3500 € bénéficie, depuis son entrée au CDIA, d’une aide sur objectifs de 1750 €. Qui plus est, en collaboration avec Denis Leluc, nous avons mis en place un système « d’aérojobs » permettant à des élèves majeurs de travailler pendant la saison estivale au sein de l’aéroport afin de pouvoir financer leur formation. Quelle belle carte de visite supplémentaire sur un CV !... Tout ceci se réalise grâce aux partenaires institutionnels mais nous avons également, de longue date, fidélisé des partenaires privés tels que le Crédit Agricole, Pyrescom, ECL  Le Soler, Mécaprécis ou des entreprises de Cerdagne telles que Paino ou Josende afin de réaliser ces « petits miracles ».
Je ne vous parlerai pas longuement de l’éloignement de nos deux clubs catalans, Perpignan et la Llagonne, dont nous avons su faire, des particularités si différentes, un projet départemental totalement cohérent et original. Au lieu de se concurrencer on se complète. Madame la Présidente, cher Robert, les deux machines que nous présentons aujourd’hui, dont vous avez largement soutenu l’achat, sont bien l’image concrète de cette complémentarité. A la plaine du Roussillon, où se trouve le plus important bassin de recrutement, la découverte et l’action de formation théorique pendant l’hiver. A la Llagonne, aérodrome le plus haut d’Europe, où la saison est courte, la formation en planeur pur et l’ouverture vers les grands vols sur la chaine Sud des Pyrénées et l’initiation à la compétition. Regardez ces deux machines, leur grâce commune ne cache pas leur complémentarité.
Grace à l’abnégation sans faille de bien des bénévoles, nos clubs crées dans la toute fin des années 70, notre Comité affilé à la fédération en 1994 ont su empiler, avec méthode, sur des fondations solides, l’édifice de la réussite de nos jeunes élèves.
Je citerai, là, Pierre Boucher, plus de 38 000 heures de vols (plus de 5 ans de sa vie passée dans les airs), Paul Michel, mécanicien hors pair, qui possède des compétences sans équivalent et qu’il partage avec Bernard Matzner responsable, encore aujourd’hui, de l’entretien des motoplaneurs perpignanais. Notre structure aura ainsi réussi l’amalgame des générations et la transmission du savoir.
Beaucoup de jeunesse vient aujourd’hui poursuivre cet engagement, ce n’est pas le fruit du hasard, c’est le résultat d’un projet éducatif basé sur l’entraide la solidarité et l’action collective.
Seule ombre au tableau j’aurai dû quitter, en octobre 2019, mes fonctions de coordonnateur départemental de la cellule académique à la formation aéronautique. Des divergences de vues importantes m’opposaient à la direction prise par la politique académique… Fort de convictions bâties sur trente années d’expériences pédagogiques je n’ai pas souhaité que mon nom puisse servir de caution à une action avec laquelle je suis en désaccord. Cependant 5 établissements scolaires sont ici représentés. Sur ces 5 établissements, quatre, grâce à la confiance que nous accorde Monsieur le Préfet, par l’intermédiaire du Directeur Départemental de la Cohésion Sociale, Jean Michel Feudon, grâce à la caution de mon ami, Jean Romans, Président du CDOS, ce sont des moyens financiers qui sont directement donnés aux établissements scolaires. Notre Comité par l’intermédiaire du club de Perpignan assure à « prix coutant » et avec une forte dépense d’énergie, bénévole, une action de découverte du vol pour les élèves d’établissements scolaires classés « Quartiers Politique de la Ville ». Je peux vous affirmer que nous sommes largement payés en retour… Quelle satisfaction de voir ces jeunes, à la descente du motoplaneur avec « la banane »... Pour une grande partie d’entre eux ce premier vol aura souvent été un baptême de l’air. Ils auront piloté et découvert un monde qui leur était totalement étranger, auquel ils n’osaient imaginer accéder. Une vraie « aventure » qui marque ! Demandez aux professeurs ici présents, Frédéric Morin pour le lycée Maillol, Sébastien Durand pour le collège Jean Moulin, Aurélien Le Névé pour le collège Pagnol.
Jérôme Vimenet, pour le collège Sévigné, pourra même vous confirmer que ce projet, ces vols, sont déclencheurs de nouvelles vocations...
Je n’oublierai pas, avant de clôturer mon discours centré sur la découverte du vol en planeur pour les jeunes, d’évoquer Gil Souviron. Il a réalisé, le 27 septembre, au départ du terrain de Perpignan, un vol record de 1413 km. Il avait promis d’être là, aujourd’hui pour fêter cet évènement et faire partager à nos jeunes élèves cette aventure. Eole, le Régisseur des vents, en aura décidé autrement.
Des conditions de vents de Sud exceptionnelles sur les Pyrénées, plus de 150 km/h en altitude, annoncées pour aujourd’hui et pour demain font que, rejoint par son compère Jean Baptiste Innocent, Champion de France de Vol à voile, il est actuellement en train de surfer sur cette vague invisible que les Pyrénées envoient vers la stratosphère. C’est une course au record européen qu’ils sont en train de mener au-dessus de notre tête, à 6 000 mètres d’altitude, plus très loin du niveau de croisière des avions de ligne, sous oxygène, par moins vingt degré, dans le seul sifflement de leur planeur.
Après avoir décollé demi-heure avant le lever du soleil, avec pour objectif un aller-retour jusqu’à Santander, dans les cantabriques, ils devraient rejoindre ce parking à la tombée de la nuit et ainsi confirmer que le site de Perpignan devient « le spot » des grands vols européens, seulement dépassé par les vols extrêmes réalisés le long de la Cordillère des Andes…
Madame la Présidente, cher Robert, vous aurez constaté, dans un discours certainement un peu long, tout l’intérêt de l’action que nous menons. Quel plaisir de participer à ces belles réussites de la jeunesse catalane dans le monde de l’aérien. Vous avez compris qu’un bénévolat… totalement professionnel, est à l’origine de ces dernières ! Nous poursuivons et consolidons avec beaucoup d’abnégation une action entreprise par nos ainés. Cette transmission du savoir, cette solidarité, cette culture de la réussite qui nous anime avait besoin de votre écoute. Nous l’avons rencontrée. Je citerai ces réunions avec Robert, toujours disponible qui chaque fois me dit « passe à la Mairie ». Je citerai cette réunion, en votre bureau, Madame la Présidente, où j’accompagnais le Maire de La Llagonne. Nous vous avions, tous deux, exprimé les enjeux de la rénovation du bâtiment de l’aérodrome vieux de cinquante années. Vous vous étiez engagée, deux mois plus tard votre assemblée votait le soutien financier à ce projet que nous lancerons officiellement le mois prochain.
Ces deux magnifiques machines sont la preuve de promesses tenues ! Elles sont pour nos jeunes une motivation supplémentaire. Certains d’entre eux, ici présents, ont déjà volé sur « Sierra Hôtel », le Janus C de La Llagonne dont l’immatriculation correspond aux initiales du fondateur du club, Henri Salvetat. Ils sont revenus, de vol, avec les fantastiques images, gravées dans leur mémoire, de ces longues ailes « caressant les reliefs » des frontières Andorranes et Espagnoles. J’ai eu la chance de partager certains vols avec eux, assis à l’arrière de cet élégant et performant biplace. Je sais donc quel complément qualitatif il apporte à la formation de nos jeunes, mais aussi à leur motivation.
Pour nos bénévoles ces deux superbes appareils sont une reconnaissance de leur engagement, la certitude que le beau projet éducatif qu’ils portent est reconnu. Au nom de tous, je ne peux que vous dire, un seul mot, un immense MERCI !

Présentation du CDIA 66
Inauguration : discours du Président
Orienter vers l'aérien
Publics concernés, parcours proposés
BIA, stages et intégration professionnelle
Les résultats de formateurs "militants" !...
Les formateurs
Partenariats entreprises
Promotion 2020-2021
Promotion 2019-2020
Promotion 2018-2019
promotion 2017-2018
Promotion 2016-2017
Promotion 2015-2016
Promotion 2014-2015
Parcours initiatique d’un jeune catalan…
Le CDIA fait voler les élèves BIA du Lycée Picasso
Encore de magnifiques résultats pour le CDIA 66…
Premier vol pour l’antenne CDIA de Cerdagne Capcir
Marie... à l'ENAC !...
Le parrain de la promo 2019 membre de la première opération « Morphée »
Nous contacter...